presidentM. JOURDAIN, pourquoi avoir établi un zonage sur le territoire du SICOVAD ?

Les élus du SICOVAD souhaitaient baisser la taxe. Nous voulions aussi accompagner cette démarche d’un côté pédagogique, voire incitatif pour les habitants. Nous avons donc travaillé, en lien avec les services et avec l’appui de cabinets extérieurs, pour trouver la meilleure solution et un critère motivant qui déterminerait différents taux. C’est l’objectif du zonage qui doit aboutir à ce que tout le monde gagne dès 2017.

C’est donc une façon à la fois de « remercier » les usagers de leurs efforts mais aussi de leur montrer que leurs comportements ont une incidence sur la fiscalité ?

Effectivement, c’est le message à faire passer, il faut produire moins de déchets et mieux trier. Le SICOVAD peut ainsi baisser le taux de la taxe parce que la gestion des déchets s’améliore. Mais il reste beaucoup de points à améliorer, les usagers doivent comprendre le lien fort entre leurs actes au quotidien et la fiscalité notamment.

De manière plus globale, quelles économies pourraient encore être réalisées avec une gestion parfaite des déchets ?

Au niveau des Vosges, 57% des déchets de la poubelle restent valorisables ! C’est le cas des fermentescibles
qui peuvent devenir du compost, des textiles ou du verre et qui ne devraient pas aller dans la poubelle mais dans les conteneurs dédiés ou en déchèteries. Et dans un monde idéal où tout le monde trierait parfaitement, on économiserait 10 millions d’euros de frais de collecte et de traitement à l’échelle du département…